( 5 mars, 2008 )

Eloquence

-Mais bien sur, qu’elle est exceptionelle! Cela s’voit bien que tu n’la connaît qu’à peine…

-Certes, il n’empêche. Rappelle-toi qu’elle fut l’horrible augure qui vint nous annoncer la sinistre nouvelle…

-Une terrible nouvelle? Laquelle était-ce? Pour ta femme? Ou… pour la guerre?

-Pour les deux, merci de me le rappeler…

-De rien, je suis toujours à ton service.

-Enfin, baste. Rappelle t’en! Au nom des Dieux… Nous étions tous là, tranquilles, assis en ce même lieu autrefois si paisible et sur lequel nos pieds esquissent désormais des pas d’esquive, où nos bras distribuent des coups et où le sang ruisselle… Elle en fût le déclenchement!

-Elle ne fit que tous nous informer des intentions des ces Orcs et de ces Nains.

-Il n’empêche! Pourquoi eu t-il fallu qu’elle le fasse en un tel lieu? Pourquoi eu t’il fallu que ce soit elle qui l’annonce, avec ses mots si doux et ses phrases si bien tournées? Pourquoi ne fut-ce donc point l’un de ces émissaires du Roy des terres Hertès, avec ses mots bruts mais si peu dangereux…

-Annonces-tu que tu es imbécile? Tu viens de démontrer que l’on sait te convaincre avec de beaux mots… Ne saurais-tu donc point distinguer le sens quand il se déguise sous diverses paroles?

-Cela ne me concerne pas moi, mais les autres! Penses-tu… Avec un tel discours, ils se sont tous jettés sur leurs armes désuètes pour défendre un royaume qui ne faisait que les exploiter…

-Ils n’ont fait que renforcer leur situation. Enfin, comment dire… Ils sont montés en grade, d’une certaine manière.

-Quel cynique tu fais…

-Diogène eut ouï dire pareille chose en son temps. Aller, partons. La bataille ne va pas tarder à reprendre…

-Installons-nous ici. Et ben. Quelles nouvelles, mon p’tiot.

-Ouaip, ça, c’est sur.

-N’empêche, le aminches, elle était pas mal la p’tite trouvère, non?!

-Ha, ha, toujours l’même à r’pérer la f’melle à cent pieds à la ronde…

-Hé! L’a raison, l’ciboulot! L’était pas dégueulasse, la grenate!

-Tu m’étonne!\’Fin, c’était sur qu’c'était une grenate? Parce qu’sa coiffe l’était point trop…

-Ch’veux teintés, imbécile! Pis elle l’a dit, en plus qu’elle était grenate!

-C’pas faux. Pis son nom, c’tait quoi deja?

-Nicèphora… Nicophére…

-Niçopharè!

-Nicéphorea, bande de troufions…

-Je ne souffrirai plus aucune remarque de ce genre. Emissaire?

-Oï, messire?

-Dressez-moi le portrait de cette… immondice qui ose écrire mon nom avec ses propres injurieux et falacieux!

-Elle est femelle et est sans conteste elfe. Ses cheveux sont d’un brun flamboyant tandis que ses yeux se rapproche du plumage des corbeaux. Son air, quant à lui, est des plus versatiles; il peut ainsi être malicieux et devenir triste, pour enfin passer par une certaine neutralité. Il ne va pas sans dire que la nature l’a relativement gâté, que ce soit au niveau corporel qu’au niveau de l’expression. Son parler est très bien tourné et il faut avouer qu’elle s’en sert à bon essien, avec l’aide de sa morphologie.

-Elfe pyroxénite, donc… Que l’on fasse éditer un arrêt concernant cette race et la description que l’émissaire vient de faire. Deja que nous sommes en guerre, je ne veux point du soutien traître d’une telle bougresse!

-Bien mon Roy.

-Quant à vous, vous pourrez disposer… Dès que vous m’aurez dévoilé le nom de l’elfe.

-Nicéphorea, mon Roy.

-Très bien. Partez, désormais. Et si vous la croisez de nouveau, capturez-là. Vive, si possible… Tout du moins consciente.

-Très bien, ô Roy Valeck.

-Aller, partez.

~*~


.~/. Edit du Roy .\~.
Toute personne surprenant la personne suivante est priée de la capturer à l’instant même où elle la verra; sous peine de châtiment.
Elfe pyroxénite
Trouvère
Femelle
Habile dialecticienne

Quiconque raménera l’impie en mains propres au Roy
Se verra attribuer récompense pour couronner cet acte
Dont le Royaume vous sera redevable

-Hé, hé, hé… Imbécile de Roy…


.~/. Edit du Roy .\~.
Toute personne surprenant la personne suivante est priée de la capturer à l’instant même où elle la verra; sous peine de châtiment.
Elfe grenat
Trouvère
Femelle
Habile dialecticienne

Quiconque raménera l’impie en mains propres au Roy
Se verra attribuer récompense pour couronner cet acte
Dont le peuple vous sera redevable
|